+33 (0)6 60 54 33 66 stephane.luce@cs-durables.eu

29 Avril 2020

La France veut devenir autosuffisante en masques sanitaires (chirurgicaux, FFP2, FFP3) d’ici la fin de l’année 2020. Les 4 producteurs français existants (Kolmi-Hopen, Paul Boye Technologies,Valmy, Macopharma) ont considérablement augmenté leur production depuis le début de la crise, passant de 3,5 M d’unités produites par semaine à 10 M. L’objectif est d’atteindre 20 M de masques produits fin mai, puis 40 M fin octobre (soit à peu près la consommation de masques par les personnels soignants français). De nouveaux acteurs vont produire ces masques médicaux : Brocéliande, Savoy, BB Distrib, BioSerenity et Chargeurs et le site ex-Honeywell de Plaintel (22) fermé en 2018 faute de commandes devrait être relancé avec l’aide de la région Bretagne. Mais la filière manque du matériau qui donne au masque ses propriétés de filtration, le meltblown (textile non tissé issu de l’extrusion-soufflage). La France ne possède pour l’heure qu’1 seule unité de production, celle du géant US Berry, dont la filiale Fiberweb est située à Biesheim (68). L’Etat vient donc de lancer un Appel à Manifestation d’Intérêt pour la création de nouvelles unités de production de meltblown, ainsi que d’unités de fabrication de membranes par électrofilage (procédé d’electrospinning) et ainsi créer une filière nationale. Cet AMI est ouvert jusqu’au 30 juin 2020

11 Mars 2020

Le déremboursement des médicaments homéopathiques au 1er janvier 2021 touche de plein fouet le leader mondial du secteur, Boiron, qui a déjà vu son Chiffre d’Affaires baisser de 15% depuis 2017. Le groupe vient d’annoncer ce jour un plan social de 646 postes ainsi que la fermeture de 13 sites : 12 sites de préparation/distribution et une de ses 3 usines, située à Montrichard (41) non loin de Tours qui compte 69 salariés. Boiron prévoit certes 134 embauches dans les services centraux, commerciaux et affaires réglementaires, mais son Chiffre d’Affaires devrait plonger en 2021.

10 Mars 2020

Pour l’entreprise Stil de Vaux-le-Pénil (77), spécialiste des instruments de mesure, la crise sanitaire actuelle liée au Covid-19 est l’occasion de remettre en question plus vite que prévu son mode de fonctionnement et d’accélérer la relocalisation d’une partie de sa production, aujourd’hui réalisée en Chine à 60%. Développement de nouvelles machines, automatisation des autres, collaboration renouvelée avec un mouliste, Stil est en capacité de relocaliser très vite plus de 15 références. Avec de nouveaux process et une automatisation poussée, des relations partenariales avec ses fournisseurs et une chaîne logistique raccourcie et plus vertueuse, la relocalisation va etre gagnante. Bravo !

26 Février 2020

Vulkam, créée en 2017, va investir près de 2 M€ dans une chaîne pilote de production en série de pièces métalliques à base de métaux amorphes sur son site de Saint-Martin d’Hères (38) qui sera opérationnelle mi-2021. Cette ligne automatisée mettra en œuvre un procédé métallurgique unique de miniaturisation de pièces métalliques à base de verres métalliques reposant sur 2 procédés brevetés, mis au point en interne, de coulée de ces métaux.
Vulkam produit une dizaine de ces métaux amorphes appelés aussi verres métalliques qui ont des propriétés de résistance 3 fois supérieure aux métaux standards, tout en étant plus facile à mouler que le plastique. Cette technologie permet aussi de diminuer de 30 à 50 % la taille et le poids des pièces métalliques de forme complexe… ce qui inétresse nombres de secteurs industriels

6 Février 2020

Nouvelle étape franchie par Lacroix dans son projet d’usine d’électronique du futur à Beaupréau-en-Mauges (49). Le groupe français d’électronique, qui compte 4 000 salariés dans le monde dont 1 250 en France et affiche un chiffre d’affaires de 482 M€ en 2019, vient d’en boucler le financement
avec le soutien de Bpifrance. Une coentreprise au nom de Lacroix Electronics Beaupréau est créée pour ce futur site industriel. Elle est détenue à 40% par Lacroix et 60% par Bpifrance. Le projet représente un investissement d’environ 25 M€, Bpifrance en apporte 15 et Lacroix 10, il est présent comme un nouveau modèle de French Fab 4.0 sans abandonner le modèle familial.

30 Janvier 2020

Le Président Macron visite ce jour l’usine Saft de Nersac (16), en compagnie de la ministre allemande de la recherche. C’est là que s’installeront pour 200 M€ les activités de R&D et la 1ère ligne pilote de « l’Airbus des batteries » d’un projet porté par un consortium qui réunit Saft, Total, PSA et Opel.
L’ambition, une fois qu’une nouvelle génération de batteries aura été développée à Nersac, est d’ouvrir deux « gigafactory » : l’une à Douvrin (62) dans les Hauts-de-France où PSA possède une usine de moteurs et l’autre à Kaiserlautern en Allemagne qui abrite un site Opel. Ce projet est un des projets financés par l’IPCEI Batterie validé le 8 décembre 2019 par la Commission Européenne. Il est notamment concurrent de celui, plus en avance, développé par NorthVolt (Suède) avec Volkswagen…