+33 (0)6 60 54 33 66 stephane.luce@cs-durables.eu

1er Mai 2021

Le gouvernement créé un 19ème Comité Stratégique de Filière (CSF) dédié à l’Industrie du Futur, pour s’assurer que la modernisation de l’industrie mobilise davantage des solutions françaises. L’objectif est de poursuivre l’action de l’Alliance pour l’industrie du futur, créée en 2015. Cette nouvelle instance s’accompagnera aussi d’une réouverture du guichet « Industrie du futur » dans le cadre de France relance qui sera doté de 200 M€ supplémentaires. A date, Au total, 273 projets de relocalisations représentant 1,8 Mds € d’investissements – soutenus à hauteur de 470 M€ par le gouvernement – ont été sélectionnés dans le cadre du plan France Relance, ainsi que 54 projets de décarbonation de l’industrie…

21 Avril 2021

Instruite par les déboires de Boeing depuis 2006 sur ce métier, AIRBUS transforme son activité aérostructures pour la réintégrer comme un des cœurs de son métier aéronautique et ses ses process. Concrètement, 2 nouvelles sociétés d’assemblage d’aérostructures vont être créées et seront filiales à 100 % d’Airbus. 1 en France au 1er janvier 2022, elle confortera les sites de Rochefort (Siège-17), Salaunes et Mérignac (33), Saint-Nazaire et Nantes (44), Méaulte (80) et Casablanca et Tunis. Une 2nde sera créée en Allemagne. En tout, l’activité aérostructures pèsera 12 000 salariés et 5 Mds d’€uros de CA.

8 Avril 2021

Le PDG du Groupe technologique LACROIX (44), Vincent Bedouin donne une interview dans l’Usine Nouvelle dans laquelle il détaille la stratégie du groupe et notamment le Projet Symbiose d’usine électronique du Futur (Beaupréau-49). Il explicite également sa vision des réindustrialisations (et non relocalisations » industrielles précisant que « toutes les activités ne sont pas relocalisables ». Il faut investir dans la R&D, les formations, créer des écosystèmes performants, ne plus accepter la dépendance à la Chine et réinventer les modèles et les process de nos nouvelles usines. Une idée que nous défendons depuis des années chez Conseil& Stratégie Durables

4 Avril 2021

CARBON WATERS, créée en 2017 sur le campus à Pessac (33), développe une offre en direction de l’aéronautique, du spatial ou du bâtiment autour d’un nanomatériau à base de graphène qu’elle est la seule au monde à proposer sous forme liquide. L’avantage des liquides par rapport aux poudres, c’est une dispersion mieux répartie. Et donc une meilleure efficacité contre l’eau ou le sel, pour résister à des chocs ou des torsions, ou pour limiter les points de chaleur qui pourraient entraîner de la dilatation ou de l’inflammation. Pour accompagner ses clients industriels (secrets), CARBON WATERS pourrait déménager en 2022 sur la ZI de Pessac Bersol et monter son effectif à 25 salariés pour produire 4 tonnes/ an.

29 Mars 2021

Les Cycles MERCIER vont relocaliser leur production de vélos à Revin (08). C’est l’ex-site Porcher (équipements sanitaires) fermé en 2011 et acquis par la commune en 2013 qui a été entièrement reconverti et divisé. Cycles MERCIER va investir 2,4 M€ dans 2 lignes de montage complètement autonomes pour produire 80 % de vélos mécaniques et entre 15 et 20 % d’électriques de qualité premium. La société assurera en interne : la soudure de cadres, la peinture, le stickage et la fabrication de jantes, le reste étant approvisionné depuis l’Asie. Mais le projet est ambitieux puisqu’elle veut créer un pôle de production de vélos en attirant tous les acteurs de la filière pour la production de composants pour vélos mécaniques et électriques. Objectif 500 000 vélos / an à 5 ans et 270 emplois créés…

19 Mars 2021

Un maillon essentiel manquait aux chaînes de valeur chanvre et lin depuis leur relance en France il y a une dizaine d’années… Cela ne sera bientôt plus le cas puisque SAFILIN va réimplanter en France début 2022 une filature à une cinquantaine de kilomètres de son siège social, à Sailly-sur-la-Lys (62) pour ainsi renouer avec le glorieux passé industriel du territoire. Le nouveau bâtiment, d’une superficie de 6 000 m², va faire l’objet de plus de 5 M€ y seront d’investissement. Il va accueillir 14 métiers à filer opérés par 50 salariés et produira 350 tonnes de fil par an.