+33 (0)6 60 54 33 66 stephane.luce@cs-durables.eu

2 Juillet 2020

Pour accompagner la fermeture de son usine de la Roche-sur-Yon (85), Michelin signe avec l’État une Convention de Revitalisation qui l’engage à hauteur de 3,7 M€ dans l’objectif de recréer autant d’emploi que le nombre supprimé soit 600. La convention concerne le bassin d’emploi de la
Roche-sur-Yon en priorité mais est étendu à toute la Vendée. 72 % de ce montant sera consacré au soutien direct d’aide à la création d’emplois sur le territoire, majoritairement dans le cadre de subventions mais aussi dans le cadre de prêts participatifs ou d’aides à l’aménagement d’infrastructures. Et 28 % seront affectés à des aides indirectes : études, accompagnement des maîtres d’ouvrage, fond mutualisé départemental de revitalisation… Ainsi, les PME (moins de 250 salariés) toucheront 4 000 € pour chaque création d’emploi et pourront bénéficier de prêts participatifs compris entre 8 000 à 10 000 € par CDI signé… Reste aussi à dessiner l’avenir du site, soit 20 ha détenus par Michelin, un travail qui s’effectuera avec les collectivités locales.

16 Juin 2020

TARMAC Aerosave, dont le siège est basé à Tarbes (65), cherche en urgence à développer ses capacités de stockage d’avions. La crise sanitaire a cloué au sol une grande partie de la flotte mondiale et les compagnies aériennes, après avoir trouvé des solutions souvent provisoires sur les plateformes aéroportuaires du monde entier cherchent des solutions de stockage plus pérennes. Elle a réorganisé depuis mars ses sites de Tarbes, Toulouse-Francazal (31) et Teruel, en Espagne pour augmenter de 25 % son offre de stockage. Un nouvel accord avec l’Aéroport Paris-Vatry (51) vient d’être officialisé, TARMAC Aerosave y disposera de 6 ha de parking pour stocker 30 avions et d’un bâtiment de 2 400 m² pour ses activités de MCO/MRO…

26 Mai 2020

Avec la baisse brutale de la consommation liée à la pandémie, le confinement des équipes internes et sous-traitantes, EDF est obligé de revoir intégralement le programme de maintenance de son parc nucléaire à travers la France, Grand Carénage compris sur la fin 2020 jusque 2022. Le programme d’arrêt de tranches pour rechargement de combustibles, maintenance et visite décennales n’a pas pu être tenu et EDF doit maintenant se mettre en configuration urgente pour assurer 90 % de disponibilité, soit 45 à 50 réacteurs disponibles pour l’hiver 2020-2021.

15 Avril 2020

La crise viticole qui a démarré avec l’imposition de taxes US sur les vins européens en réponse aux aides dont bénéficie Airbus, est désormais sans précédent avec l’arrêt des exportations et la fermeture des bars/restaurants. Les 3 principaux l’Espagne, l’Italie et la France auraient désormais chacun plus de 300 millions de litres de vin invendus… Le député PS de l’Aude (11) Eric Andrieu multiplie les alertes à la communauté européenne et demande la mise en place d’une aide à la distillation des stocks et invendus, l’alcool ainsi produit pourrait rentrer dans la fabrication de gel hydroalcoolique et permettre aux viticulteurs de passer le cap et de faire la vendange 2020…

24 Février 2020

Sanofi, le géant pharmaceutique français va se désengager partiellement de la production des ingrédients pharmaceutiques actifs (API). Le groupe veut réunir 3100 salariés d’1 division commerciale et de 6 usines européennes, dont 2 en France (St-Aubin les Elbeuf-76 et Vertolaye-63), dans une entité indépendante dont il pense qu’elle connaîtra seule une meilleure croissance. Le projet vise une introduction en bourse en 2022, avec maintien de Sanofi à hauteur de 30% dans le capital et comme principal client… Sanofi veut aussi profiter du contexte généré par la crise du Covid-19 qui met, une fois de plus en évidence, la trop forte dépendance de l’Europe pour ses API indispensables à la production des médicaments sur son sol puisque 60% de ces principes actifs sont aujourd’hui importés d’Asie (40% de Chine et 20% d’Inde) ce qui entraîne des risques de ruptures d’approvisionnement et de pénuries de médicaments. Sanofi assure que de nombreux industriels viennent vers lui pour relocaliser…

22 Février 2020

Après des années de débats passionnés dans lequel le rationnel n’a pas eu beaucoup de place, le réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim, qui aurait encore pu tourner de longues années, a été débranché du réseau et mis à l’arrêt. Le 2ème le sera le 30 juin prochain. Ensuite l’évacuation du combustible de la centrale sera normalement achevée en 2023. Puis s’engagera la phase de préparation au démantèlement (inédit en France à l’échelle d’une centrale entière) et le démantèlement sur la période 2025-2040. Les 750 salariés seront transférés ou accompagnés comme les 1250 emplois indirects. Un projet de territoire signé avec l’Etat permettra à la ComCom Pays-Rhin-Brisach (68) d’essayer de compenser cette fermeture en repositionnant son territoire…