+33 (0)6 60 54 33 66 stephane.luce@cs-durables.eu

15 Avril 2020

La crise viticole qui a démarré avec l’imposition de taxes US sur les vins européens en réponse aux aides dont bénéficie Airbus, est désormais sans précédent avec l’arrêt des exportations et la fermeture des bars/restaurants. Les 3 principaux l’Espagne, l’Italie et la France auraient désormais chacun plus de 300 millions de litres de vin invendus… Le député PS de l’Aude (11) Eric Andrieu multiplie les alertes à la communauté européenne et demande la mise en place d’une aide à la distillation des stocks et invendus, l’alcool ainsi produit pourrait rentrer dans la fabrication de gel hydroalcoolique et permettre aux viticulteurs de passer le cap et de faire la vendange 2020…

24 Février 2020

Sanofi, le géant pharmaceutique français va se désengager partiellement de la production des ingrédients pharmaceutiques actifs (API). Le groupe veut réunir 3100 salariés d’1 division commerciale et de 6 usines européennes, dont 2 en France (St-Aubin les Elbeuf-76 et Vertolaye-63), dans une entité indépendante dont il pense qu’elle connaîtra seule une meilleure croissance. Le projet vise une introduction en bourse en 2022, avec maintien de Sanofi à hauteur de 30% dans le capital et comme principal client… Sanofi veut aussi profiter du contexte généré par la crise du Covid-19 qui met, une fois de plus en évidence, la trop forte dépendance de l’Europe pour ses API indispensables à la production des médicaments sur son sol puisque 60% de ces principes actifs sont aujourd’hui importés d’Asie (40% de Chine et 20% d’Inde) ce qui entraîne des risques de ruptures d’approvisionnement et de pénuries de médicaments. Sanofi assure que de nombreux industriels viennent vers lui pour relocaliser…

22 Février 2020

Après des années de débats passionnés dans lequel le rationnel n’a pas eu beaucoup de place, le réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim, qui aurait encore pu tourner de longues années, a été débranché du réseau et mis à l’arrêt. Le 2ème le sera le 30 juin prochain. Ensuite l’évacuation du combustible de la centrale sera normalement achevée en 2023. Puis s’engagera la phase de préparation au démantèlement (inédit en France à l’échelle d’une centrale entière) et le démantèlement sur la période 2025-2040. Les 750 salariés seront transférés ou accompagnés comme les 1250 emplois indirects. Un projet de territoire signé avec l’Etat permettra à la ComCom Pays-Rhin-Brisach (68) d’essayer de compenser cette fermeture en repositionnant son territoire…

11 Décembre 2019

Aujourd’hui apparaît en librairie, la nouvelle édition du Guide du Routard Viste d’entreprise en France dans lequel 450 entreprises françaises sont recensées. Visiter une entreprise, c’est découvrir les « secrets » de fabrication des objets de la vie courante et mieux comprendre la société qui nous entoure. Car les savoir-faire professionnels et l’histoire industrielle font aussi partie de notre culture. En tout, quelque 15 millions de Français ont pratiqué ce type de tourisme en 2018…

1er Février 2018

Le Technocampus Alimentation inauguré, jeudi ce jour à Nantes (44), hébergera des startups de l’agroalimentaire, un centre technique et les organisations d’appui à la filière. Cet immeuble de 2 200 m², d’un coût de 5 M€, inclut des bureaux, des laboratoires et une plateforme technique. Le site est présenté comme une vitrine de la filière agroalimentaire régionale et comme un centre de transfert et de développement regroupant diverses structures, dont des entreprises et des startups, un centre technique (Tecaliman) ainsi que des organisations professionnelles et structures d’appui de la filière (Valorial, Ifria Pays de la Loire et Bretagne, Pôle agronomique Ouest…). La Métropole Nantaise se dote donc d’un 3ème Technocampus après le Technocampus Composite et le Technocampus Océan… des modèles qui fonctionnent très bien…

5 Décembre 2017

Le groupe PSA a annoncé hier la création d’une coentreprise (JV) avec le japonais Nidec Leroy-Somer pour la conception et la fabrication en France de moteurs électriques. Les moteurs, qui seront fabriqués sur le site de PSA à Trémery, en Moselle (57), équiperont principalement les véhicules de PSA mais aussi d’autres constructeurs. Cet accord à parité représente un investissement de 220 M d’€uros et permet à PSA de réinternaliser la fabrication des moteurs électriques et ainsi d’améliorer sa compétitivité. Le site de Trémery verra disparaître une ligne de production de moteurs diesel et fabriquera, à partir de 2022, 900 000 moteurs électriques/ an avec 400 salariés.